Pourquoi les gilets jaunes devraient refuser de negocier

La France est en jaune, couleur du soufre, depuis 2 semaines.

Le peuple se rebelle contre la pression fiscale insoutenable. Ras le bol disent-ils.

Les élites, en tête desquels le Président Macron, démontrent à quel point ils sont déconnectés des réalités et combien la logique des demandes leur échappe. Tout semble leur échapper d’ailleurs. Cet imbécile de Melenchon tente de ramener la couverture à lui en expliquant que ce que les gens réclament, c’est son programme oubliant de dire que si c’était le cas, il aurait été élu.

Mais à la fin, que voulez-vous ? disent-ils, essayant de faire coïncider les demandes avec leur propre logique, ce qui est impossible. Les journalistes qui ne réfléchissent guère plus, embrayent le pas des politiques sans reflechir.

Ce qu’ils proposent, nos élites, c’est donc de créer des ateliers et des commissions dans le but de structurer les demandes, partant du principe que les demandeurs sont incohérents. Ces gens sont des énarques, ils sont rompus à ces exercices, le temps joue pour eux. Ils savent que s’ils parviennent à enfermer les gilets jaunes dans une logique de débats et d’ateliers, ils parviendront rapidement à les diviser et à montrer l’apparente contradiction des demandes.

La force des gilets jaunes, c’est précisément qu’ils n’ont ni structure ni représentant. Ils sont le peuple.

Ce qu’ils attendent, c’est que les taxes baissent significativement, que leur qualité de vie augmente et que les services publics s’améliorent. Sont ils idiots ? Est ce contradictoire de vouloir mieux pour moins cher ?

Bien entendu que non. C’est comme ça que fonctionnent l’économie et les entreprises dans un environnement libéral et régulé pour éviter les ententes, cartels et abus de position dominante. Du fait des progrès et de la concurrence, on peut acheter aujourd’hui un ordinateur performant pour un tiers de mois de SMIC quand il fallait 3 mois de SMIC il y a 20 ans. C’est pareil dans tous les domaines, ou presque, sauf dans la fonction et le service public.

La France est le pays de l’OCDE qui taxe le plus et pourtant elle est très mal classée dans quasiment tous les domaines. C’est la preuve qu’on peut faire mieux avec beaucoup moins.

Ce que demandent les gilets jaunes est donc simple et ne justifie pas la tenue d’états généraux comme le pouvoir tente de le faire croire. La vérité, c’est qu’il ne veut pas l’entendre :

– Réduisez les frais de fonctionnement de l’état, des administrations, des collectivités, supprimez les agences bidons dont la Cour des Comptes à fait la liste depuis des années sans qu’aucun gouvernement ne s’en soucie.

– Ce faisant, réduisez significativement les taxes.- Lancez un plan de réforme des services publics. Supprimez les postes de gratte papier inutiles, donnez plus de moyens pour les services rendus : santé, infirmiers et infirmières, policiers…

– Réformez véritablement le système scolaire. Alignez les systèmes de protection : retraites, assurances santé et chômage…

– Soyez exemplaires et réformez les institutions en supprimant les avantages scandaleux dont profitent des élus et certains assistants parlementaires ou autre.

Si j’en oublie, les grandes lignes sont là.

C’est simple.

Tout le reste, c’est de la cuisine technocratique dont les gilets jaunes de fichent. Ce n’est quand même pas à eux de faire le boulot de ceux qui sont généreusement payés pour le faire !

Quand on dénonce, comme moi, et depuis des années, la manière dont le pays est gouverné, au point de s’expatrier, on ne peut que comprendre et soutenir ce soulèvement populaire et rêver d’un véritable changement. Si Macron n’était pas aussi largué, il pourrait saisir cette chance unique qui lui est donnée et lancer une véritable réforme. Vu ses réactions, on en prend pas le chemin ce qui me fait dire que ça risque de très mal finir.

smiling woman looking upright standing against yellow wall
Photo de juan mendez sur Pexels.com

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :