Entreprises voyous : la faiblesse des sanctions les incite à tricher

Un article paru ce jour dans La Tribune et titré – Les pratiques de HSBC fustigées dans le documentaire « Les gangsters de la finance » – évoque les dérives et pratiques très graves de la banque HSBC.

Au menu : blanchiment, fraude fiscale, corruption, manipulation des cours … rien que ça.

Dans le même temps, le même journal La Tribune publie un autre article intitulé – Blanchiment : Deutsche Bank rappelée à l’ordre par la BaFin – alors qu’on apprenait hier que la Danske Bank se trouve au coeur d’un gigantesque (plus de 200 milliards !) scandale de blanchiment d’argent.

Comme le disait Chirac, s’inspirant d’une réplique d’Audiard : « les emmerdes, ça vole toujours enescadrille » et je suis toujours étonné de constater avec quelle concomittence les évènements surviennent.

Toujours est-il que l’on comprend que les pratiques de HSBC et DEUTSCHE BANK sont loin d’être un cas isolé et on peut donc légitimement s’attendre à ce que d’autres scandales surgissent dans les semaines et mois qui vont suivre, selon la théorie des escadrilles évoquée ci-dessus.

Mais ce qui choque, c’est le nombre et la répétition sans fin. Tout se passe comme si toutes ces banques s’étaient donné le mot en se disant, « on s’en fout, on triche ouvertement, on va s’en mettre plein les poches. Tout au plus aurons-nous une amende à payer si par extraodrinaire on se fait choper, mais au final, on s’en fout ! ça vaut largement le coup ! ».

Et c’est précisément ce qu’elles font. Il ne se passe pas une semaine sans qu’on apprenne que BNP a payé une amende, la ennième, puis c’est la Société Générale, puis une autre, puis une banque italienne, allemande, hollandaise, anglaise, etc. etc. …

On observe en France exactement le même phénomène dans le secteur des télécommunications où Orange et SFR accumulent des condamnations, des sanctions et des amendes sans pour autant jamais ne cesser de récidiver comme je l’évoquais déjà dans ce récent article.

What’s the fuck ?

people canon anonymous levitate
Photo by Kaique Rocha on Pexels.com

En fait, on comprend très bien ce qui se passe et qui est très simple à comprendre.

Imaginez que vous jouiez au football et qu’une faute consistant pour un joueur de champ à stopper volontairement le ballon de la main avant qu’il ne rentre dans le but de son camp ne soit sanctionnée que par une remise en jeu au centre du terrain. Il est évident qu’aussitôt cette règle promulguée, tous les joueurs se feraient gardien de but sur tous les tirs arrêtés. Le football ne ressemblerait plus à ce qu’il est.

C’est simple et c’est exactement ce qui se passe pour les entreprises tricheuses. Ayant constaté que les amendes et sanctions qu’elles reçoivent sont infiniment inférieures aux montants qu’elles engrangent en trichant, elles trichent. On peut toujours le critiquer du point de vue de la morale, déplorer la différence de traitement flagrante entre les grandes entreprises et les citoyens qui seraient sévèrement punis et emprisonnés pour des fautes bien moindres, mais le tout est que les protagonistes s’adaptent aux règles.

On peut donc critiquer leur absence de sens moral, mais on doit surtout déplorer l’inadéquation entre les sanctions prononcées et les gains accumulés du fait de pratiques coupables.

Mais qui peut croire sérieusement que les Autorités et les organes institutionnels sont dupes ? N’importe qui de censé aurait été interpelé depuis longtemps par la réitération perpétuelle des infractions et aurait adapté les sanctions en conséquence histoire de les rendre clairement dissuasives.

C’est tout de même étonnant qu’on sache très bien le faire, et qu’on soit très prompt à le faire d’ailleurs lorsqu’il s’agit de verbaliser un automobiliste roulant trop vite tandis qu’il semble que tous les responsables soient aveugles et sourds lorsqu’il s’agit de multinationales.

Troublant, n’est-ce pas ?

 

Edit : à peine cet article rédigé, La Tribune, encore elle, décidément en forme et en pointe sur le sujet, publie encore un nouvel article en rapport avec le blanchiment, relatif à plusieurs banques néerlandaises cette fois.

Ce n’est plus du jeu si les prédictions que l’on fait se réalisent avant même qu’on ait le temps de les annoncer 😉

 

 

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :