Macron refuse d’augmenter la fiscalité des successions. On restera tout de même champions !

Après que Christophe Castaner ait annoncé hardiment ce matin à la radio qu’il était question pour le gouvernement de revoir les modalités de taxation des successions, le Président a courageusement tapé du poing sur la table, et il a dit : NON !

Ah ce qu’il est fort et bon, notre Président qui s’oppose, à son corps défendant, à ce que l’on taxe davantage encore les pôvres français qui devraient au passage lui en être éternellement reconnaissants s’ils n’étaient pas tous si ingrats.

pexels-photo-598664
Photo by Coco Championship on Pexels.com

 J’ai déjà eu l’occasion de parler dans cet article du niveau et des modalités de taxations  des donations et des successions en France et je vous invite à le lire si vous ne l’avez pas déjà fait.

Plusieurs pays européens, dont le Portugal, ne taxent plus les successions du tout, tandis que l’Italie les taxe à 4% (et encore, après une franchise de 1 M€), la Suède vient de supprimer tous les droits de succession après avoir fait le constat que c’était un non sens qui faisait fuir ses plus riches contribuables, la Suisse ne taxe jamais à plus de 10% (selon les cantons), la Russie ne les taxe plus depuis plus de 10 ans, idem pour la Norvège, l’Autriche, etc. …

Et pendant ce temps, passé une franchise de 500.000 euros, la France continue de taxer les successions selon un barème progressif qui atteint jusqu’à 45% !

Quand on sait que ce que l’on trasmet à ses enfants et/ou à son conjoint a déjà subi une avalanche de charges, taxes et impôts sous toutes les formes possibles et imaginables, le principe même d’une taxation supplémentaire sur la succession est tout simplement scandaleuse. Il n’y a qu’un mot pour décrire le principe de taxer de l’argent déjà taxé : c’est du vol.

Mais tel n’est pas l’avis des socialo-communistes qui gouvernent la France depuis François Mitterrand, Chirac, Hollande et Sarkozy n’ayant rien fait de différend, ni non plus l’avis de radicalo-trotskistes tels que ces charlots de Thomas Piketty (vous savez, celui qui pipote ses tableaux Excel pour donner du crédit à ses théories fumeuses) ou de Jean Pisani-Ferry qui, parait-il, conseille le Président.

Je trouve leurs idées et positions particulièrement éclairantes sur l’idéologie qui prime désormais en France. Même aux heures les plus sombres, les communistes les plus ultra n’ont jamais osé aller aussi loin. Ces types, sans doute parce qu’ils n’ont eux-même aucun patrimoine à transmettre ou à recevoir -ce qui rend les choses infiniment plus simple à préconiser par eux- considèrent que chaque individu devrait démarrer dans la vie avec des chances égales (c’est bô !) et, pour ce faire, leur idée lumineuse est de faire en sorte que plutôt que vous puissiez transmettre librement votre patrimoine à vos enfants, ce patrimoine que vous avez mis une vis à constituer, cet argent que vous avez durement gagné et économisé, l’Etat vous prendrait tout et se chargerait de le redistribuer sous forme de dons à chaque nouveau né.

Comme c’est beau ! J’en ai les larmes aux yeux tant c’est généreux de vouloir donner sa chance à chacun en distribuant à tous l’argent des autres. Au passage, c’est une fois de plus l’Etat providence qui gérerait tout pour nous à notre place. Chouette, il faudra des fonctionnaires supplémentaires pour s’en occuper. Toujours plus fort et toujours plus loin vers la connerie et vers le communisme, vous savez, cette belle idéologie qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts en Chine sous Mao, en Russie sous Staline, au Cambodge … et qui fait le bonheur des vénézueliens que Mélenchon aime tant :

« CHAVEZ, C’EST L’IDÉAL INÉPUISABLE DE L’ESPÉRANCE HUMANISTE, DE LA RÉVOLUTION »

Alors, certes, on peut souffler après que le Président Macron ait déclaré qu’il n’en était pas question, mais on peut sérieusement se demander si son refus d’appliquer ce qu’il a pourtant annoncé lors de sa campagne n’est pas plutôt dû aux difficultés qu’il rencontre et à sa brutale chute de popularité.

Voici ce qu’il déclarait en 2016 : En ce qui concerne l’ISF, Emmanuel Macron estime que « si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer par exemple la taxation sur la succession aux impôts de type ISF »

Christophe Castaner est proche du Président. Il connait ses opinions et s’il s’est exprimé aujourd’hui de la sorte ce n’est pas une erreur de point de vue, c’est juste une faute de timing, une erreur politique (au sens de la popularité du Président). On peut décoder au travers de ce qui vient de se passer que c’était précisément ce qui était prévu il y a encore quelques semaines, avant la pittoyable affaire Benalla et les mauvaises annonces sur la croissance. Il semble que c’est reporté, pour cette fois … mais jusqu’à quand ?!

Dormez, brave gens, dormez. Tout va bien se passer. Ne vous occupez de rien, ils vont s’occcuper de tout à votre place.

white sheep during daytime
Photo by Public Domain Pictures on Pexels.com

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :