Comment protéger son épargne en situation de crise ?

Si l’on considère la situation de chaos qui couve et dont le déclenchement est imminent (voir précédents articles), il est urgent de placer ses économies à l’abri.

Mais que faire et comment ?

Il ne fait plus aucun doute désormais que l’éclatement de la prochaine crise sera d’une violence inouïe et que c’est l’Europe qui en sera à l’origine (cf. précédents articles).

Lorsque la première faillite d’une grande banque « to big to fail » (Deutsche Bank, BNP, Société Générale, un banque italienne, espagnole ou encore portugaise) surviendra, rien ne pourra être fait pour contenir le mouvement de panique et les chutes en cascade qui se succèderont.

Il est difficile de prévoir et donc de décrire par avance l’ordre dans lequel les évènements se succèderont mais une chose est sûre, la faillite de grandes banques entrainera finalement l’éclatement de la zone Euro, le retour aux monnaies nationales, des dévaluations, la confiscation de l’épargne des ménages, qu’il s’agisse de leurs comptes en assurance vie ou bien de leur épargne monétaire.

Une première solution pour tenter de se prémunir de ses catastrophes inéluctables est d’acquérir et de conserver des biens physiques :

  • de l’or, qu’il faut absolument détenir sous forme physique puisque tout ce qui est « papier » ne vaudra rien et se volatilisera avec la faillite de la banque. Je n’y suis personnellement pas favorable, du moins dans des proportions importantes, pour différentes raisons que je ne développerai pas longuement ici, mais il faut bien considérer que les risques de « confiscation » sont réelles, l’Etat pouvant décréter une taxation massive « exceptionnelle » de toutes les transactions d’Or, ce qui reviendra de fait à lui faire perdre sa valeur ;
  • de l’immobilier, mais avec la tendance à l’IFI, à l’augmentation des taxes etc. … ainsi que surtout la gigantesque bulle immobilière en France, Espagne et Angleterre, il vaut mieux alors se tourner vers un pays moins risqué. Pour les raisons qui précèdent, j’éviterais l’Europe comme la peste, peut-être à l’exception de la Suisse, et je me tournerais plutôt vers les USA. J’y reviendrai dans cet article ;
  • des cryptos-monnaies : je ne suis pas spécialiste quand je ne comprends pas, j’évite. Je relève toutefois que les cryptes c’est un peu « les montagnes russes » et je doute que ces pseudo-monnaies survivent à une crise intense ainsi qu’à des règlementations exceptionnelles et de force majeure qui ne manqueront pas d’être adoptées ;
  • l’art : à chacun ses goûts et convictions, très peu pour moi. Quand à payer ses courses avec un tableau en temps de crise, pas simple …
  • du cash : c’est une solution qui me semble prudente et nécessaire mais tout de même limitée. Il me semble prudent de conserver à minima 10.000 $ en liquide afin de pouvoir parer à l’urgence si nécessaire ;

La seconde solution, c’est de placer son épargne dans une banque, mais se pose alors la délicate question de la fiabilité de la banque. Rappelons que depuis les lois Sapin, vous n’êtes plus propriétaire de votre argent déposé en banque, cette dernière a simplement une dette envers vous, si bien que si elle coule, vous perdez votre argent, dans la limite toutefois de 100.000 euros que l’Etat est censé garantir alors que le fonds de garantie qu’il a constituée présente tout au plus 100 € par français. Good luck pour récupérer votre argent, donc. En France, les choix sont très limités, pour ne pas dire quasi-nuls si l’on excepte la banque Rothschild-Martin Maurel qui est la seule à ma connaissance à présenter des ratios solides mais dont le ticket d’entrée est élevé (patrimoine supérieur à 2 millions d’euros). Reste les banques américaines qui sont nettement plus saines du fait que la réglementation de Bâle y est réellement appliquée, mais là encore, l’accès est difficile.

Il reste alors une dernière solution que je ne saurais que recommander vivement. Placer vos économies en bons du trésor américain via une banque ou bien un trader qui vous laisse la pleine et entière propriété de vos titres. J’attire votre attention sur ce dernier point, très important. En effet, en France, lorsque vous achetez des titres via une banque classique, cette dernière vous fait signer ses conditions générales de vente qui prévoient et fixent que vos titres ne vous appartiennent pas. C’est fou et difficile à croire, mais c’est vrai.

Je ferai un prochain article plus détaillé sur ce sujet de propriété des titres et des brokers trustables.

Pourquoi des bons du trésor US alors que tout le monde raconte que l’Amérique est au bord du gouffre ?

Regardez plutôt cette illustration (source GlobalFirePower) :

USA army

Outre le fait que l’économie américaine se porte au mieux, que les banques ont été assainies depuis la crise de 2007, quelqu’un croit il sérieusement que le pays qui possède une armée 10 fois plus puissante que sa première concurrente sera mis à mal en cas de crise mondiale ? Moi, pas.

Et s’il ne s’agissait que de l’armée … regardez plutôt la répartition des datacenters dans le monde qui montre la domination technologique sans partage du pays de l’oncle Sam (source IFRI) :

datacenters

Poutine a beau rêver de détrôner le dollar mais s’il est vrai que le leader est impressionnant, que ses services secrets sont puissants et son armée forte, il n’en reste pas moins vrai qu’il est à la tête d’une économie lilliputienne si on la compare à celle des USA (ratio de 1 à 12).

Lorsque la zone Euro explosera, les capitaux du monde entier iront se réfugier en lieu sûr, majoritairement aux USA, et certainement pas en Chine où le cours du Yuan reste faussé par les Autorités.

Le dollar s’appréciera, et comme les taux baisseront du fait de l’augmentation de la demande, la valeur des bonds acquis augmentera, si bien que non seulement votre capital ne se dépréciera pas, mais en plus il s’appréciera doublement.

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :