Target 2 : la France doit désormais plus de 100 milliards à l’Allemagne

Connaissez-vous l’existence de l’usine à gaz Target 2 de la BCE ?

Il s’agit en quelque sorte d’un mécanisme de compensation entre les banques européennes, via les banques centrales nationales. Ainsi, lorsque le citoyen ou l’entreprise français achète une marchandise à une entreprise européenne non française, il demande à sa banque française (par exemple Crédit Agricole, CA) de transférer la somme correspondant à son achat sur le compte de la banque étrangère (par exemple Deutsche Bank, DB) de son fournisseur, mais plutôt que de le faire directement de banque à banque, le CA (dans notre exemple) demande à Target 2 de débiter son compte pour créditer celui de DB.

Présenté comme ça, tout semble simple et finalement équivalent à une opération de transfert direct entre les 2 banques.

Là où le problème réside, c’est quand (et c’est le cas) les comptes ne s’équilibrent pas entre eux pour tendre vers zéro, les opérations se soldant les unes après les autres. Le fait que les déséquilibres s’accentuent montrent que quelque-chose de grave se passe dans la zone euro.

Ainsi, Target 2 connait-il des déséquilibres structurels croissants dont il résulte une situation totalement explosive.

Jugez plutôt (source BCE) :

BCE

Que nous apprend ce tableau de balance des soldes ?

1/ On peut y lire d’abord dans la première colonne que le solde de la BCE vis à vis de l’extérieur (zone non €) diminue tendanciellement pour atteindre désormais la bagatelle de 245 milliards, signe que l’argent sort massivement de la zone pour aller se réfugier à l’extérieur, majoritairement en Suisse mais aussi en bonds du trésor US.

2/ Hallucinant : la balance allemande est créditrice de 902 milliards ! Ceci signifie que d’autres pays de la zone euro sont redevables (ensemble et via leurs banques centrales respectives) de cette somme à l’Allemagne. Considérant que les débiteurs ont des budgets déficitaires et des dettes abyssales, autant dire qu’ils ne paieront jamais cette dette à l’Allemagne que les européistes, Emmanuel MACRON en tête, leur demandent d’abandonner. Chacun peut facilement comprendre que l’exercice consistant à expliquer au citoyen berlinois qu’il devrait renoncer à son épargne pour sauver les italiens et que l’Euro aille mieux, est plutôt difficile à expliquer.

3/ La France est débitrice de 103 milliards d’euros et l’accentuation du déséquilibre s’accélère dangereusement.

4/ L’Italie est débitrice de 425 milliards et l’Espagne de 389 milliards, soit plus de 800 milliards à elles deux. Ceci signifie que si l’un de ces 2 pays quitte la zone Euro, il sera alors aussitôt débiteur de plus de 400 milliards d’euros envers l’Allemagne. Comme ce pays et ses banques ne pourront pas faire face, et comme il ne pourra plus se financer du fait que les taux d’emprunt auront explosé comme on vient de le voir pour l’Italie et comme on l’a vu à l’époque pour la Grèce, il fera défaut et les tensions politiques, commerciales .. voire militaire ? … seront alors à leur comble.

Il faut noter au passage que la richesse des allemands est donc très relative. Ils sont potentiellement riches de 900 milliards de dettes dont 90% sont purement théoriques et comptables.

Sentant bien que quelque chose ne va pas, les épargnants italiens, espagnols et français dans une moindre mesure, fuient massivement, et à raison, les banques de leurs pays respectifs en lesquelles ils n’ont pas confiance pour acheter des obligations allemandes (ce qui explique les taux nuls voir négatifs du Bund allemand), ou bien pour placer leur argent au Luxembourg (créditeur de 200 milliards) ou encore en Suisse ou aux USA.

Ils ont raison car ils perdront la majeure partie de leur épargne lors de la chute des dominos bancaires européens et lors de la faillite imminente des principales banques européennes qui seront nationalisées après que les comptes des épargnants auront été vidés, puis ils seront encore plumés à l’occasion du retour aux monnaies nationales avec la dévaluation qui s’ensuivra.

Tous les français et européens qui ont épargné et qui veulent sauver le fruit de leur travail et de leurs efforts devraient massivement fuir à toutes jambes cette monnaie folle et irrationnelle qu’est l’Euro puis placer leur argent dans des banques étrangères à la zone euro, ce qui est parfaitement légal, à condition bien sûr de le déclarer.

Conserver un livret A, une assurance vie en fonds euros, de l’épargne sur un PEL ou un CEL dans une banque européenne* est une pure folie qui se paiera cash.

 

*exception faite de banques telles que la banque Rothschild-Martin Maurel (ces 2 banques ont fusionné l’an dernier) qui sont gérées sainement et ont des fonds propres solides (17%) et dont je n’ai aucun intérêt personnel à faire la promotion (précision pour celles et ceux qui voudraient m’en faire le reproche). La raison en est simple, ceux qui gèrent cette banque en sont actionnaires. Ils placent leur propre argent en même temps que celui de leurs clients, et par conséquent, ils ne prennent pas des positions folles et irrationnelles telles qu’ont a vu par exemple la DB le faire.

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :