Les prouesses économiques des pied-nickelés socialo-bobo-écolos sont inégalables

Après la déroute des Velib à Paris, on apprend maintenant que se sont les poubelles à roulette autolib qui pourraient coûter la modique somme de 40 millions d’euros par an aux franciliens, auxquels il faudrait encore ajouter la moitié des 240 millions de passif que la société de monsieur Bolloré réclame aux collectivités parisiennes.

On apprend aussi que le seul développement de l’application logicielle aurait coûté quelques 60 millions d’euros (!), ce qui ne manquera pas de faire sourire (ou pleurer si elle est parisienne) toute personne avisée du secteur qui ne saurait ignorer que le coût de développement d’une application de ce type ne peut en aucun cas raisonnablement dépasser 2 millions d’euros, ce qui me semble déjà être une fourchette très haute.

La Hidalgo et ses amis socialos-bobos révolutionnaires jouent au Monopoly avec l’argent des autres en dilapidant l’argent des contribuables parisiens sans compter car, en effet, ils sont incapables de déterminer la véritable valeur des choses pas plus qu’ils ne savent résister et maîtriser à un délégataire, il est vrai particulièrement belliqueux, mais qu’ils ont choisi malgré le fait qu’ils le détestent cordialement … autant qu’ils l’envient …

On peut aisément parier que si ces décideurs irresponsables avaient été, ne serait-ce qu’un tant soit peu, impliqués financièrement à titre personnel dans l’affaire, ils n’auraient jamais laissé les choses dériver de la sorte.

Comment tout cela finira t’il ? Il y a fort à parier que la Hidalgo, en pleine campagne électorale pour sa propre succession, ira en justice histoire de ne pas avoir à porter la responsabilité durant le temps de l’élection, puis qu’elle transigera si elle est réélue ou bien que la mairie perdra après les élections, et donc que les parisiens paieront la facture in-fine. As usual.

Encore une fois, et comme on l’a bien vu avec cette folle furieuse de Ségo, on voit des personnes incapables de comprendre les enjeux et les rouages de l’économie s’essayer à transposer l’application de leurs doctrines stupides avec de l’argent qui n’est pas le leur et sans qu’ils n’aient à se soucier des conséquences de leurs décisions. Le pire, c’est que tant madame Hidalgo que madame Royale ou bien encore monsieur Hollande continuent de parader et de se positionner en donneurs de leçons alors même que la plus élémentaire des décences aurait dû leur commander de disparaître.

On pourrait au passage en dire autant du vendeur de shampoing qui tente de nous imposer des théories écolos qu’il ne s’applique pas à lui même, mais peu importe, il n’en paiera pas le prix et, au contraire, il aura pu se faisant trouver de nouvelles sources de subventions pour sa fondation opaque qui lui permet de mener grand train grâce au soutien des principaux pollueurs.

Depuis Mitterand en 1981, la France est gouvernée par des socialos qui s’acharnent à vouloir tout régenter, et particulièrement tous les domaines dans lesquels ils sont notoirement incompétents et où l’Etat ne devrait avoir quasiment aucun rôle à jouer. Bilan sans surprise, le pays file tout droit vers la faillite.

Dans une société saine, l’Etat devrait se cantonner à ses missions régaliennes et laisser à des acteurs rationnels le soin de développer les autres services, tout comme du coup laisser à chacun le soin de choisir et d’opter ou non pour ces services. Si avait été le cas, la SNCF et Air France auraient disparu depuis bien longtemps et des acteurs économiques rationnels et plus performants les auraient remplacés pour le plus grand bonheur des usagers heureux de profiter d’une saine compétition visant à leur offrir les meilleurs services possibles.

Ce qui est fascinant, c’est qu’au lieu de tirer les leçons de leurs échecs systématiques, les élus français de tous bords tendent à en faire toujours davantage, considérant sans doute que s’ils ont échoué, c’est qu’ils ne sont pas allés assez loin dans ce qu’il convient d’appeler « leur connerie ».

Ainsi va la France, un pays en déclin dont la balance du commerce extérieur est chroniquement déficitaire de 5 milliards d’euros (!) par mois sans que cela ne semble inquiéter personne.

L’inculture économique de la population française, devenue droguée au socialisme, aux aides et subventions de tous bords, conduira assurément le pays à sa perte.

PS : hier, j’écoutais distraitement Nicole Notat, ex-syndicaliste CFDT, expliquer sérieusement que « actuellement, 100% des profits des entreprises sont dirigés vers les actionnaires, ce qui n’est plus acceptable dans notre société moderne » … et le journaliste de BFM abonder dans son sens sans relever qu’avant de faire des profits, les entreprises françaises payent TVA, CSG, CRDS, charges et taxes en nombre tel qu’il est devenu impossible de les recenser … puis enfin 28% d’impôts sur les sociétés … avant encore que les bénéfices distribués aux actionnaires ne soient taxés à leur tour. Comme je le disais, les français sont désormais tellement habitués à se faire plumer que quand quelqu’un tient des propos aussi stupides et scandaleux que ceux de madame Notat, non seulement personne ne le relève, mais surtout tout le monde applaudit !!

woman with white long sleeved shirt red and white slit pants and pair of black open toe d orsay heel sandals sitting on wrecked silver car
Photo by Godisable Jacob on Pexels.com

Mise à jour du 4 juin 2018 :

Tout est dit dans cet article, Bolloré ne paiera pas et la mairie paiera. Qui cela surprend il encore ?

Un commentaire sur “Les prouesses économiques des pied-nickelés socialo-bobo-écolos sont inégalables

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :