Promotions d’été : la Deutsche Bank est à prix cadeau !

Comme vous le savez, j’ai misé le 30 avril sur la baisse des cours de Deutsche Bank, BNP et Société Générale et j’ai expliqué dans cet article comment fonctionnait l’achat d’options Put en illustrant mon exposé par les positions que j’ai prises.

Hier, nous avons appris que la FED avait placé la Deutsche Bank (DB) dans la catégorie bad banks depuis plus d’un an sans que cette information n’ait filtré entre temps. Bilan, patatras, voila le cour de la DB qui a encore perdu plus de 7% dans la seule journée d’hier.

DB

(source Yahoo!)

Accessoirement, je suis donc passé de +72% à +122% sur DB dans la seule journée d’hier, ce qui n’est jamais désagréable mais là n’est pas le débat du jour.

LO

Ce qui est plus que spectaculaire, c’est que la capitalisation boursière (c’est à dire sa valeur) de DB est désormais de 18,96 milliards d’euros comme on peut le lire sur le graphique plus haut dans cette page, alors même qu’à la lecture de son bilan, il apparait que ses fonds propres (Shareholders’ equity, in € bn) sont de 63 milliards !

Autrement dit, si l’on achetait toutes les actions de la DB, cela couterait 18 milliards d’euros pour une banque dont la valeur minimale, celle que les institutions qualifiaient de valeur minimum à la casse lors de la crise de 2007, serait de 63 milliards d’euros.

Chacun comprend bien au seul examen de cette donnée apparemment irrationnelle que quelque chose cloche, et c’est le cas. Cela signifie que les comptes de la DB ne sont pas fidèles à la réalité, en particulier parce qu’elle détient des créances plus que douteuses dont elle n’a pas provisionné les pertes quasi-certaines qu’elle devra comptabiliser sous peu. Les investisseurs en étaient déjà plus ou moins conscients et les derniers qui ne l’étaient pas semblent avoir réalisé la gravité de la situation avec les révélations sur la position de la FED hier.

La situation n’est guère meilleure pour ce qui concerne la BNP, la SOGEN et bien d’autres banques européennes. La situation est devenue hors de contrôle et tous les efforts de la BCE pour tenter de maintenir un équilibre apparent atteignent leurs limites. Comme je l’ai déjà écrit, la chute des dominos bancaires de la zone euro est proche et surviendra très probablement avant la fin de l’année en cours.

Les dégâts seront colossaux et les citoyens européens seront massivement plumés, que ce soit par la perte sèche d’une partie de leur épargne, comme je l’ai expliqué ici, par la perte pure et simple de leurs placements financiers, de leurs assurances vies en fonds euros ou bien encore par l’immanquable dévaluation qui surviendra aussitôt après le retour aux monnaies nationales.

Il est difficile, mais pas impossible de s’en prémunir, voire d’en profiter comme je le fais en shortant les actions bancaires européennes, mais il est en tous les cas plus que jamais urgent de prendre toutes les dispositions pour fuir avant que la tempête n’éclate.

Je ne détiens plus d’euros depuis le mois dernier puisque je suis sorti de tous les marchés actions pour être le plus liquide possible en convertissant mon cash en USD et JPY ce qui s’avère être un bon choix pour le moment et me semble continuer de l’être plus que jamais.

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :