Free se lance en Italie et montre à quel point les prix dépendent de la concurrence

Nous nous souvenons tous du lancement tonitruant de ses offres mobiles par Free lors de son entrée sur le marché français. L’opérateur avait alors raillé, à juste titre, des prix prohibitifs pratiqués par les opérateurs en place, lesquels avaient d’ailleurs été condamnés à plus de 500 millions d’euros d’amende pour s’être entendus sur les prix.

Avec son forfait à 19,99 € par mois dont le prix n’a pas varié depuis mais dont le contenu s’est enchéri au fil du temps, Free avait alors littéralement fait exploser le marché et permis aux français de profiter des tarifs parmi les plus compétitifs au monde.

Il faut saluer l’audace entrepreneuriale de Free et de son fondateur, rendue possible par la volonté des régulateurs, en tête desquels l’ARCEP.

Aujourd’hui, nous assistons à un lancement d’une nouvelle offre de ce même opérateur sur un nouveau marché pour lui, lequel se révèle plus qu’instructif. Free (sous la marque Iliad, nom de sa maison mère, en Italie), y propose un forfait au tarif explosif de 5,99 €, certes un peu moins complet que son forfait à 19,99 € en France, mais qui conviendrait pourtant parfaitement à la grande majorité des français bien qu’il n’y soit pas proposé.

Jugez plutôt :

  • 30 Go de data en Italie contre l’illimité en France, sachant que plus de 95% des utilisateurs consomment largement moins de 10 Go par mois ;
  • 2 Go de roaming en Europe contre 25 Go pour l’offre française. On peut là encore noter que la très grande majorité des clients n’utilise quasiment jamais plus de 2 Go de roaming par mois, voire pas de roaming du tout, et que les quelques rares grands voyageurs seraient assurément prêts à payer plus que 5,99 € / mois pour ne pas avoir à se soucier du roaming en Europe.

qq

Il apparait donc qu’une grande majorité de français préférerait pouvoir ne payer que 5,99 € par mois pour une offre telle que celle proposée en Italie, laquelle correspond parfaitement à leurs besoins.

Peut-on espérer pour autant qu’une telle offre voit le jour en France ? Ça me semble bien peu probable, aucun des opérateurs en place ne voulant casser ses marges et ce n’est certainement pas l’évolution des cours de bourse de Free-Iliad (passé de 225 € à 145 € durant les 6 derniers mois) ni de SFR-Altice (divisé par 4 en un an) qui encourageront ces derniers à baisser le montant de leurs revenus.

On pourra objecter toutefois que les opérateurs (Sosh, Red, B&You, Free) enchaînent promo sur promo en France, ce qui permet de profiter d’offres attractives, mais chacun comprend bien que s’ils font des promotions plutôt que de baisser leurs tarifs, c’est justement parce qu’ils espèrent tous vivement pouvoir mettre un frein à cette compétition en cessant le bal des promotions, ce qui ferait mécaniquement remonter leurs marges, tout ceci pouvant intervenir à l’issue de la très probable prochaine cession de l’un d’entre eux à l’un des 3 autres.

Finalement, la France a largement profité de l’arrivée de Free, ce qui est incontestablement déjà très bien, mais il y peu de raisons d’espérer du marché français qu’il bouge davantage pour converger vers les offres qui viennent d’être lancées en Italie.

On comprend dès lors à quel point le rôle de la régulation et l’animation réglementaire d’un marché est crucial.

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :