Le châtiment de la BCE pour l’Italie ?

Le système démocratique italien semble bien difficile à comprendre par toute personne étrangère et certaines fois par les italiens eux-mêmes. Il m’est plusieurs fois arrivé d’en rencontrer et de constater leur dépit en constatant, impuissant, un énième pourtant improbable retour de Berlusconi.

Il semble toutefois qu’ils sont récemment parvenus à désigner un premier Ministre dans des conditions pourtant elles aussi assez surprenantes. Passons et n’oublions pas qu’en matière de démocratie, nous n’avons pas de leçon à donner …

Ce que je constate, c’est qu’aussitôt le nouveau 1er Ministre désigné, les « marchés » se sont mis à « punir » l’Italie en faisant littéralement exposer les taux de ses emprunts à 10 ans. Je dois dire que c’est un comportement plutôt rationnel et que j’en aurais fait de même si j’avais été assez fou pour en détenir, mais ce qui me surprend, c’est la brutalité de la hausse sachant que vu le QE auquel procède la BCE depuis plusieurs années, il est plus que probable que c’est elle qui en détient une très grosse part.

Dès lors, une question légitime se pose : la BCE serait-elle en train d’intervenir pour faire monter les taux italiens tout en faisant baisser les taux allemands et français dans une moindre mesure, histoire de coincer les italiens, les prendre à la gorge et donc les obliger à se plier ? Personnellement, je trouve le scénario très crédible surtout après que j’aie vu comment les européens, Michel Barnier en tête, négocient de toute mauvaise foi avec les anglais.

Se pose alors la question de savoir ce que le nouveau gouvernement italien fera et là, bien malin celui qui saurait dire. Souvenez vous des grecs et de la manière dont ils ont été muselés et broyés pour l’exemple, histoire de bien montrer aux détracteurs ce qui les attendaient en cas de désistement. En tous les, cas on comprend bien que les fonctionnaires non élus de l’Europe s’opposent violemment à la souveraineté des pays et des peuples qui la composent. Ça va mal finir, c’est sur, et au delà des conséquences économiques désastreuses, il y fort à parier que les extrêmes et les populismes de tous ordres vont prospérer conduisant l’histoire à se répéter. La dernière fois, l’Europe avait hérité de Hitler et Mussolini, j’ai bien peur que ce qui nous attend ne soit pas plus joyeux.

Toujours est-il que pendant ce temps, les italiens (monsieur et madame tout le monde) ont bien compris ce qui se préparait et c’est pourquoi ils vident massivement leurs comptent pour les transférer en Suisse et ailleurs, ce qui a pour effet d’empirer la situation déjà calamiteuse des banques italiennes.

Quel que soit le bout par lequel on prend le problème, on voit bien que la catastrophe est proche …

A

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :