L’école, le pire service que nous pouvons rendre à nos enfants

Chacun de ceux d’entre nous qui a des enfants tente de leur assurer le meilleur avenir possible en les préparant aux difficultés et challenges qu’ils rencontreront, que ce soit dans le cadre de leurs relations amicales et affectives autant que dans le cadre professionnel.

A chaque fois que possible, nous veillons à leur offrir un cadre de vie agréable, un environnement affectif protecteur et rassurant ainsi qu’à constituer un patrimoine qui pourra leur être transmis le moment venu afin de faciliter leur entrée dans la vie adulte.

J’aurai l’occasion de revenir sur les mesures de spoliation française en matière de transmission et d’héritage et, ce faisant, de proposer quelques pistes de réflexion pour  éviter que l’Etat français ne pille votre patrimoine au moment de le transmettre à vos enfants, étant entendu et rappelé (seulement pour les étourdis 😉 que votre patrimoine a déjà fait l’objet d’une taxation hors du commun et bien au delà du raisonnable lors de sa constitution par vos soins.

Ce que je souhaiterais évoquer aujourd’hui, c’est la déchéance du système scolaire français tout entier et donc de la folie que nous commettons en y envoyant nos enfants.

Avez-vous aimé la manière dont on vous a enseigné les choses à l’école ? Moi pas.

Je n’ai pas aimé devoir rester docilement assis pendant des heures à étudier des choses inutiles, souvent datées, parfois même stupides, et j’ai encore plus détesté devoir subir l’autorité d’enseignants notoirement incompétents. Bien sûr, tous ne le sont pas, quoique le système se charge de rapidement détruire et démotiver les plus vaillants, mais certains sont des fumistes notoires qui se reposent sur la sécurité que leur statut de fonctionnaire à vie leur procure pour, dans le meilleur des cas ne rien apprendre à vos enfants, dans les autres cas pour leur inculquer des valeurs et des âneries avec force de conviction, sans retenue ni objectivité, en totale contradiction avec ce que nous voudrions que nos enfants apprennent.

Le système scolaire est resté à l’âge de pierre. On bourre le crâne des enfants avec des données sans importance, accessibles sur l’internet et donc sans valeur, alors que l’on devrait leur enseigner l’envie d’apprendre, la curiosité, l’esprit pratique et l’esprit critique, l’estime et le respect de soi et des autres… autant d’outils pour les placer en situation de pouvoir s’adapter aux bouleversements de tous ordres qu’ils ne manqueront pas de rencontrer sur le chemin de la vie.

Mais l’éducation nationale s’en fout. Ce qui compte, c’est de fabriquer des moutons dociles et facilement manipulables, ce à quoi elle parvient avec un succès incontestable en organisant méthodiquement un nivellement par le bas.

Pire, 99,99% des enseignants sont socialos-communistes et affirment sans jamais le démontrer que la sécurité sociale et toutes les saloperies qu’ils appellent « le service public » (RSI, SECURITE SOCIALE, SNCF, EDF, RATP …) sont les meilleures choses que nous ayons et surtout que le monde entier nous les envie. C’est sûr, pour ne citer qu’eux, que le japonais sont très jaloux de la chance que nous avons d’avoir des trains qui vont et viennent selon leur gré et selon des horaires aléatoires ce qui remplie nos vies d’une fantaisie agréable, tandis que ces pauvres bougres subissent la ponctualité quasi-infaillible de leurs compagnies ferroviaires privées … Je suis allé au Japon à 2 reprises et je peux vous assurer que ce ne sont pas des blagues.

Comme vous le savez et comme on peut déplorer d’avoir à le constater encore avec ce qui se passe à la SNCF ou encore à AIR FRANCE en ce moment, la France est devenue in-réformable. Le pays est aux mains des bureaucrates qui sont encore et toujours plus nombreux et le pire, c’est que pour les raisons que je viens d’exposer, une majorité de ces veaux de français s’en accommode, voire mieux, soutient ceux qui vivent à leurs dépends et les prennent en otage à la moindre contrariété. Ah, le syndrome de Stockholm …

C’est pourquoi je trouve que, dans ces conditions, envoyer nos enfants à l’école c’est le meilleur moyen de les préparer à l’échec et c’est pourquoi les miens l’ont quitté, la difficulté étant alors d’organiser leur apprentissage et d’organiser les interactions sociales nécessaires à leur développement.

Ce n’est pas un choix facile et ça demande des efforts, à commencer par lutter avec l’entourage sincèrement bienveillant qui s’inquiète de voir vos enfants quitter le troupeau.

Mais je vous suggère simplement cette réflexion : si vous aviez quelque chose à apprendre, choisiriez vous l’éducation nationale pour vous-même ? Croyez vous en ses méthodes d’enseignement si on peut encore les appeler comme ça ? Pensez-vous que c’est ce dont votre enfant à besoin ?

Avez vous regarder comment les finlandais ont révolutionné sans tabou tout leur système éducatif ? Ils se sont simplement posé la question de l’intérêt des enfants ? Ave-vous déjà entendu ça en France, que ce soit pour l’éducation nationale ou bien encore pour la SNCF, puisque c’est d’actualité. Non ! Les gugusses ne se préoccupent que de leur statut, leurs vacances, leur retraite bonifiée pour des raisons injustifiables d’ailleurs.

Je vous recommande d’urgence de regarder par exemple cette vidéo ou bien encore de faire une recherche rapide sur Internet, vous risquez d’être surpris et surtout, vous pourrez prendre toute la mesure du niveau de déroute dans laquelle est notre système, et par voie de conséquence nos enfants,.

Comme je l’ai dit, quitter le système n’est pas facile et demande de la détermination, du courage et des efforts, mais je suis sûr que, des efforts, vous en faites par ailleurs beaucoup pour des sujets bien plus futiles que l’éducation de vos enfants, non ? Et puis d’ailleurs, ne trouvez vous pas que s’il est un sujet pour lequel ça vaut bien le coup de se mettre un coup de pied au derrière, c’est bien celui de nos enfants ?

Moi, j’ai arbitré et comme d’habitude d’ailleurs, je commence par m’appliquer à moi même ce que je raconte et soutiens. Comme souvent d’ailleurs, j’ai finalement été surpris de constater que c’était bien moins difficile qu’attendu et que c’était surtout la décision qui était dure à prendre contre l’avis quasi-général mais j’estime que ne pas le faire, ç’aurait été faire preuve de lâcheté à l’égard de mes propres enfants.

1111
Image extraite de la vidéo Youtube dont le lien est mentionné plus haut dans cet article

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :