La zone Euro au bord du chaos

La réponse des allemands à la probable stratégie de Macron que j’évoquais hier ici ne s’est pas faite attendre.

En effet, sans surprise, ce sont pas moins de 154 économistes allemands qui ont rédigé une tribune commune pour dénoncer les dangers des propositions faites à l’Allemagne par le Président français.

Autant dire que les chances de voir les allemands donner une suite favorable aux propositions de Macron sont nulles et je continue de penser que ce dernier n’en a absolument pas été surpris puisque c’était justement l’objectif qu’il poursuivait : pousser les allemands dans leurs retranchements pour leur faire porter la responsabilité des événements à venir.

Dans le même temps, les taux de la dette italienne sont repartis à la hausse suite à la perspective de la nomination d’un anti-euro (et pro dette supplémentaire) à la tête du pays. Chacun pourra relever la nervosité des investisseurs qui sont bien conscients des risques et fuient avant même que le Comte italien ne soit nommé…

Impossible pour la BCE de continuer d’acheter de la dette italienne pour continuer de piper les taux comme elle l’a fait jusqu’à présent puisqu’elle en détient déjà 30% et que les allemands s’opposent justement à ce qu’elle aille plus loin dans cette fuite en avant suicidaire.

Du coup, les dettes de l’Espagne et du Portugal qui n’ont pourtant rien à voir en théorie, ont elles aussi commencé à suivre cette tendance haussière et la dette française ne devrait pas tarder à en faire de même, ce qui aura pour effet de rendre leurs dettes insoutenables par ces pays et, ce faisant, provoquer l’étincelle qui manque pour faire sauter le système monétaire européen.

Macron ne peut pas ne pas le savoir et en bon stratège qu’il est, conscient de l’inévitable désastre à venir, il se prépare à gérer la crise pour la reprendre à son compte en expliquant que c’est la faute des allemands.

Dès son élection, Trump a dénoncé le comportement de l’Allemagne qui profite d’un Euro largement sous-évalué pour exporter plus et mieux qu’aucun autre pays depuis l’adoption de la monnaie unique. Il a parlé de foutoir quand il a évoqué la zone Euro, parfaitement au fait et conscient des désordres immenses et grandissante que la monnaie unique fait peser sur l’économie mondiale et il a, comme Macron d’ailleurs, demandé aux allemands de relever la valeur de l’euro sachant que c’était impossible, faute de quoi il a menacé de faire péter cette usine à gaz. C’est précisément ce qu’il fait en faisant remonter les taux US, précipitant la l’Europe dans la zone rouge au point que plus aucun investisseur sensé ne veux plus acheter de dette européenne.

La situation est devenue intenable, les investisseurs sont sur le qui-vive et l’Euro peut désormais péter à tout moment.

Je suis bien conscient en l’écrivant que les fous de la BCE vont continuer de tout faire pour tenter de préserver un équilibre fragile de façade, si bien que les choses peuvent encore durer quelques temps, mais j’ai acquis la conviction que nous n’avons jamais été aussi proches de la fin de cette folle histoire qu’est l’Euro.

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :