Banques européennes en faillite

Tout entrepreneur a un jour été confronté aux exigences, souvent exorbitantes, se sa banque, laquelle exige que l’entreprise cliente ait des fonds propres solides afin de lui prêter des fonds.

La Société Générale, pour ne prendre qu’elle comme exemple, annonce des fonds propres de 58,9 milliards d’euros.

Lire ses comptes ici

Pourtant, dans le même temps, le marché ne la valorise qu’à 34,5 milliards d’Euros

De deux choses l’une : soit les marchés sont stupides, soit ils savent quelque chose que la presse ne vous dit pas. En effet, pourquoi valoriser à 34 milliards ce qui vaut « à minima » à 59 milliards ?!

Rappelons que la valeur d’une banque à la casse est la valeur de ses fonds propres. Donc, si je crois ce que dit la Sogen, si j’achète 100% de son capital pour 34 milliards, je possède une entreprise dont les fonds propres valent 59 milliards. La belle affaire !!!!

La réalité est que la Sogen, comme la BNP, le CA, Natexis … mais aussi et surtout la Deutsche Bank, publient des chiffres tronqués, ce que le marché sait et a parfaitement intégré. Ces banques minimisent la valorisation de leurs prêts dits « non performants » (traduisez : argent prêté sans espoir de recouvrement = perte) et qu’elles augmentent artificiellement leurs fonds propres par leurs prétendus Goodwills (écarts d’acquisition), lesquels ne devraient pas être comptés comme des fonds propres tangibles selon les méthodes comptables admises internationalement, sauf en Europe.

Dans l’exemple choisi ici, la Sogen, cette dernière le reconnait d’ailleurs à demi mot puisqu’elle affiche :

Fonds propres Common Equity Tier 1                       38,9 milliards

Ce qui, comme par hasard, ce rapproche déjà considérablement de sa capitalisation boursière.

Si l’on ajoute à cela les montants non provisionnés, pour d’obscures raisons, de prêts dits non performants, pour plus de 8 milliards d’Euros, ses fonds propres tangibles tombent à 31 milliards d’Euros. Et nous voilà revenus très proche de sa capitalisation.

Là où le bas blesse, c’est que 31 milliards d’Euros de fonds propres pour un total bilan de 1.150 milliards, cela représente des fonds propres de moins de 3% du total bilan, soit très très loin des 10% prudentes exigés par Bâle III. Autrement dit, au premier soubresaut, la banque sautera faute de pouvoir faire face à ses pertes.

Si votre banque devait se prêter à elle même, elle ne le ferait pas ! C’est si vrai que le système interbancaire européen ne fonctionne plus depuis 10 ans, les banques européennes ne se faisant pas confiance entre elles.

Conclusion : si vous avez placé votre argent dans l’une de ses banques, vous risquez de tout perdre à tout moment.

Rappelons, s’il en était besoin, que la banque Lehman a sauté avec un leverage de 4%…

shutterstock_277481837.jpg

Sauvez-vous avant qu’il ne soit trop tard !

Un commentaire sur “Banques européennes en faillite

Les commentaires sont fermés.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :